Combien de critiques ?

A ce jour, il y a 633 critiques publiées dans ce blog.

Recherche

Pages vues

A la télévision cette semaine

Amour

Sur Canal +

Anna Karenine

Sur Canal +

Après Mai

Sur Canal +    

Augustine

Sur Canal +

Camille Claudel 1915  

Sur Canal +

Dans la Maison

Sur Canal +

Elefante blanco

Sur Canal +

Gebo et l'ombre

Sur Canal +

Killer Joe

Sur Canal +

Le Hobbit : un voyage inattendu

Sur Canal +

Mais qui a re-tué Paméla Rose ?

Sur Canal +

Persepolis

Sur Canal +

Piazza Fontana

Sur Canal +

Populaire

Sur Canal +

Prometheus

Sur Canal +

Quelques heures de printemps

Sur Canal +

Thérèse Desqueyroux

Sur Canal +

The We and the I

Sur Canal +

Wadjda

Sur Canal +

 

Slumdog millionaire

Sur Paris Première, le 05/01 à 22:30

21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 20:48

Film américain de Sam Mendes   

Titre original :
Revolutionary Road

Interprètes : Leonardo DiCaprio (Frank Wheeler), Kate Winslett (April Wheeler), Kathy Bates (Helen), Michael Shannon (John)



Durée : 2 h 05

Note :  8/10

En deux mots : Tragédie du quotidien réalisée au scalpel par un Sam Mendes plus cruel que jamais, et servie par deux très grands acteurs.

Le réalisateur : Né en 1965 en Angleterre, diplômé de Cambridge, Sam Mendes a commencé au théâtre. Engagé par la Royal Shakespeare Company en 1992, il monte aussi plusieurs pièces à Broadway. Spielberg lui confie la réalisation de "American Beauty" en 1999. Il tourne "Les Sentiers de la Perdition" en 2002, avec Tom Hanks et Paul Newman, puis en 2006 "Jarhead, la fin de l'innocence" sur la première guerre du Golfe.

Le sujet : Frank et April Wheeler forment un couple admiré de tous, dans la banlieue résidentielle où ils vivent depuis des années avec leurs deux enfants. Lui, ancien combattant de la seonde guerre mondiale, travaille dans des bureaux dans le centre ville ; elle reste au foyer depuis l'échec de sa carrière d'actrice de théâtre. Le jour de ses trente ans, alors que Frank a couché avec une secrétaire, April lui propose de réaliser son rêve : s'installer à Paris où elle gagnerait suffisamment d'argent pour lui permettre de trouver sa voie.

 

La critique : La première scène se passe dans une soirée, où dans la foule des gens qui discutent, la caméra isole un homme, Frank, et à l'autre bout de la pièce une femme, April. Ils s'approchent, bavardent, plaisantent, et April raconte à Frank ses rêves de devenir actrice. La seconde scène nous montre Frank dans la salle, April sur scène ; le rideau tombe, applaudissements minimaux, des spectateurs commentent le naufrage en soulignant combien l'actrice a été mauvaise. Dans la voiture du retour, Frank essaie de réconforter sa femme, que cela exaspère, jusqu'à ce qu'il arrête la voiture et qu'éclate la scène de ménage où il tape rageusement la carrosserie pour ne pas la frapper.

On comprend que des années se sont écoulées, qu'ils sont mariés et qu'ils ont des enfants. On comprend surtout à la lumière de cette ellipse magistrale que ce n'est pas la chronique du bonheur conjugal qui sera le sujet du film. D'emblée, le spectateur est plongé dans la contradiction de ce couple, entre un amour qui a existé, basé sur une ambition commune, et qui ne demande qu'à se raviver, et la banalité du quotidien qui devient d'autant plus insupportable à April que ses voisins magnifient unanimement cet american way of life.

Cette banalité est illustrée par la séquence montrant le trajet de Frank de son pavillon à son bureau, où perdu dans une foule de clones habillés comme lui, costard-cravate et chapeau mou, il suit le flot semblable à celui des ouvriers de Metropolis, pour atterrir dans un bureau open space où entre deux cigarettes, il fait semblant de vendre des machines Knox dont il est incapable de préciser l'usage.

Je soupçonne d'ailleurs le malicieux Sam Mendes d'avoir casté des acteurs aux trognes improbables, comme le couple de voisins qui se proclament leurs meilleurs amis, les collègues de bureau de Frank, ou la Mademoiselle Jeanne avec laquelle il couche pour oublier son changement de décade, tout ça pour opposer encore d'avantage le commun des mortels aux Wheeler, "un couple sensationnel, tout le monde le dit", incarnés par les icones Leo et Kate dont l'amour est cinématographiquement légitimé depuis dix ans. Rajoutons pour ceux qui ne sont pas abonnés à Closer que Kate Winslet est Madame Mendes à la ville, et l'on comprendra peut-être ce qui a pu attirer le réalisateur d'"American Beauty" dans cette adaptation du roman de 1961 de Richard Yates.

Je me suis interrogé au début du film pour savoir justement ce que celui qui avait dynamité la middle class dans "American Beauty", égalé Scorcese et Coppola dans "Les Sentiers de la Perdition", et rejoué un Desert des Tartares burlesque dans "Jarhead, la fin de l'innocence", venait faire dans ce récit linéaire et apparemment répétitif d'un couple qui se déchire. Et puis rapidement, la cruauté ironique de Sam Mendes apparaît dans le détail, Shep en pyjama et Milly qui pleure, ou le choix de l'immense Kathy Bates, incarnation pour l'éternité de la menace psychopathe depuis son rôle d'Annie Wilkes dans "Misery" pour jouer Helen, la voisine agente immobilière.

Et puis, la chronique un peu lisse bascule avec l'apparition de John, le fils d"Helen, qui bénéficie d'une permission de sortie de son asile d'aliénés, et qui joue le rôle de l'oracle au cours d'un repas organisé par compassion par April, proclamant notamment  : "Beaucoup sont conscient du vide, mais il faut du cran pour savoir que c'est sans espoir". La prestation hallucinée de Michael Shannon, véritable sommet du film, a d'ailleurs été remarquée par l'Academy, puisqu'il a été sélectionné aux oscars dans la catégorie Meilleur second rôle masculin - malheureusement sans grande chance, puisqu'opposé à Heath Ledger.

Dans le Monde, Thomas Sotinel qui n'a pas du tout aimé le film, écrit : "Arrivé au générique de fin, il ne reste rien du souvenir des amants du Titanic, seulement un goût de cendres. C'est peut-être la vraie raison d'être de ce film." Hypothèse intéressante, et corroborée par la scène où Kate s'abandonne à un éjaculateur précoce dans une voiture bien moins glamour que celle des cales du paquebot de James Cameron. Mais cet autodafé -à moins que ce ne soit un exorcisme, vu les liens conjugaux des Mendes - représente bien la principale force de ce film, servi par deux acteurs au sommet de leur art : Leo légèrement empâté, ordinairement lâche, jouant comme un reflet déformé de lui-même, et Kate à fleur de peau, tragédienne enfermée dans le costume de Samantha Stephens, et qui a déjà raflé le Golden Globe.

J'entendais à la sortie du film deux spectatrices déçues (proche réminiscence de la deuxième scène du film). Elles espéraient "Titanic II, le retour" ; elles avaient eu le droit à un film d'auteur austère et intelligent, un film qui se mérite. Tant pis pour elle, et tant mieux pour moi.

Cluny
 

Partager cet article

commentaires

Shin 31/01/2009

Bonjour Cluny,
Comme There will be blood l’année passée, j’aurais vraiment voulu aimer ce film. Mais comme There will be blood l’année passée, je n’ai pas accroché plus que ça (même si je préfère quand même Les Noces Rebelles).
Je ne dis pas que le film de Sam Mendes soit mauvais, mais seulement qu’il ne m’a jamais véritablement touché. Aucune émotion ne s’en dégage et ça ressemble trop à un American Beauty old-school ; l’ironie mordante en moins.
Après, l’interprétation est remarquable (c’est déjà le cas du film de Paul Thomas Anderson), mais je n’en garderai pas un souvenir impérissable. Disons que le film manque aussi de finesse je trouve. Ce que tu dis à propos du casting aux "trognes improbables" est d'ailleurs très intéressant et abonde dans ce sens je trouve. Les Noces Rebelles est un beau film, mais bien trop superficiel pour véritablement émouvoir.
Amicalement,
Shin.

Zibeline 07/02/2009

Assez déçu par ce film, je m'attendais à autre chose, par contre les acteurs jouent très bien.

Isabelle 17/02/2009

Je lis souvent votre blog que j'apprécie beaucoup, cette fois je fais une petite halte dans la partie commentaire. Pour ma part j'ai beaucoup aimé ce film et j'ai aussi retrouvé des similitudes - évidemment - avec American beauty. Bon film pour ma part et très émouvant sur la vacuité des gens ayant, en apparence "réussi".

Abonnez-vous sur Twitter

Pour être prévenu de chaque article, abonnez vous sur Twitter

 

TwittCC.PNG

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog